L’orphelin qui partit pour Lagos

Printer-friendly versionPrinter-friendly versionSend by emailSend by email

Il était une fois un petit garçon appelé Ejila, dont le père et la mère étaient morts quand il était très jeune. Comme le pauvre Ejila n’était pas en âge de travailler, il se trouvait dans une situation précaire, son dîner était bien souvent très léger et parfois il n’y avait rien pour le petit déjeuner, car les gens qui vivaient dans le village étaient très pauvres et ne pouvaient pas lui garder beaucoup plus que les maigres restes de leurs repas.
Ejila avait entendu beaucoup de choses très étranges au sujet d’une grande ville appelée Lagos ; en effet, à l’époque, les gens du village pensaient que ceux qui vivaient à Lagos étaient tous très riches, qu’on entendait chanter et jouer de la musique toute la journée et que les rues étaient toutes pavées d’or.
Un jour, un grand camion de transport de passagers traversa le village tandis qu’Ejila se tenait à côté du poteau indicateur. Il pensa : « Ce camion doit aller à la belle ville de Lagos ». Il rassembla son courage et demanda au chauffeur de le laisser s’accrocher à la porte à côté de lui. Quand le chauffeur apprit que le pauvre Ejila n’avait ni père ni mère et se rendit compte, à la vue de ses vêtements en lambeaux, que le garçon n’avait rien à perdre, il accepta et ils s’en allèrent ensemble.
Ejila arriva sain et sauf à Lagos ; il était si pressé de voir les belles rues toutes pavées d’or qu’il en oublia de remercier l’aimable chauffeur ; au lieu de cela, il courut aussi vite que ses jambes le lui permettaient à travers les nombreuses rues, pensant à chaque instant atteindre celles qui étaient pavées d’or. Il pensait qu’il lui suffisait de prendre quelques petits morceaux de la chaussée et qu’il aurait ainsi tout l’argent qu’il pouvait souhaiter dès qu’il aurait échangé l’or pour de l’argent ; il retournerait alors dans son village.
Le pauvre Ejila courut jusqu’à ce que ses jambes ne puissent plus le porter ; il avait tout à fait oublié son ami le chauffeur. Enfin, voyant qu’il commençait à faire de plus en plus sombre et que, partout où son regard se posait, il ne voyait rien d’autre que de

Pages

Language:

Download ANDROID app: 
Download AUDIO: 

File types:

Facebook Comments Box

Public Domain Mark 1.0
This @dc:type-name, @dc:title, by @cc:attributionName, is free of known copyright restrictions.

Tell Us A Story !

Files must be less than 8 MB.
Allowed file types: mp3 wav wma.
Leave blank to use trimmed value of full text as the summary.
Description of story
Type your name here
Type Your Email Here
Upload a replacement picture for your story
Files must be less than 64 MB.
Allowed file types: png gif jpg jpeg.
CAPTCHA
This question is for testing whether you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.

Vertical Tabs